Historique

Petite histoire de Torcé

On parle de Torcé depuis 1093. Au XVème siècle le seigneur de la Motte et celui de la Haye se disputent le droit de peindre leurs armes sur les vitraux de l’église. Beaucoup de verrières ont été brisées à cause de cette rivalité ! Des sarcophages ont été découverts sous le manoir de la Motte.

églisesaintmédard-150x150

L’église Saint Médard

L’église date du XVème siècle. Plusieurs de ses éléments sont classés. Sa voûte en bois peint, ses poutres sculptées de personnages et d’animaux grotesques ainsi que le retable en bois sculpté datant de 1652 personnalisent l’église. Une cloche date de 1662 et a comme marraine la Marquise de Sévigné, qui possédait le manoir de la Haye en Torcé à cette époque.

Le Club St Médard

Le club St Médard est né en 1938 avec la société  » gymnastique et sportive et de préparation militaire  » puis le théâtre et la musique. D’autres sports y figurent ensuite : le foot en 1948, le volley en 1970, le tennis en 1980, la gymnastique volontaire en 1984, le cyclo en 1988.

Que le temps passe…

1908 : construction de l’école des filles et du cellier pour le bois et le cidre. Construction de la mairie.

1921 : construction de l’école des garçons.

1927 : électricité dans le bourg : 3 lampes – construction du presbytère.

1933 : arrêté municipal réglementant la vitesse des automobiles à 20 km par heure !


Crypte de l’Église

Le choeur de l’église fut pavé en 1861.

A cette occasion, on découvrit une crypte, avec un cercueil en plomb dans lequel se trouvait le squelette d’une femme : demoiselle Marguerite du Boschet, de la seigneurie de la Haye.

Au mois de janvier 1934, eut lieu la réfection du palier du maître-autel. L’abbé Dubreil, recteur de Torcé, écrit dans le registre paroissial : « Je dois mentionner ici la curiosité que nous avons découverte sous le maître-autel en démolissant le vieux palier.

Nous avons trouvé un souterrain bien conservé, en forme de carré, avec deux issues donnant l’une du côté de l’autel Sainte-Anne, l’autre du côté de la chaire et de l’autel de la Sainte Vierge, issues assez étroites et fermées par des dalles. Dans l’avant du souterrain on aperçoit encore un cercueil en zinc contenant les ossements.

Quelle est bien l’origine de ce souterrain, à quoi était-il utilisé, jusqu’où s’étend-il ? Nous l’ignorons et personne n’a pu nous renseigner. Tout ce qu’on peut dire, c’est que cette découverte a remis dans la mémoire des anciens un souvenir qu’ils avaient presque oublié. Beaucoup de personnes sont venues le voir et sont descendues jusqu’au fond pour pouvoir l’examiner de près. Toutefois le mystère plane toujours et nous ne saurons sans doute jamais la raison d’être de ce souterrain. Ainsi en est-il pour beaucoup de choses anciennes, nous avons beau remué ciel et terre, nous n’aboutissons souvent à rien. Le temps couvre tout du voile de l’oubli. »

Cette découverte ne fut pas signalée au Service des Beaux-Arts. M. Desrues, maire de Torcé, décida, en avril 1995 d’effectuer un sondage pour connaître la possibilité d’y accéder. Cercueil en plomb et squelette s’y trouvaient toujours. La direction régionale des affaires culturelles (service de l’archéologie) en a été informée.

Des fouilles ont été effectuées en 2000 et se poursuivent actuellement.

ARTICLE-OF-crypte-19950405